• Des amis dans la guerre - 37,38

       Depuis qu'elles avaient sympathisé en 1914, M.B. et grand-mère étaient restées en étroite relation épistolaire. M.B., touchée par l'âpreté des conditions de vie de son amie, ne manqua pas de s'en ouvrir auprès de ses connaissances. Aussitôt une famille établie dans les colonies lui répondit : Il n'est pas question que Marie et ses enfants vivent dans des baraquements alors que nous avons une propriété inoccupée à Préfailles.

     

    Ainsi avant l'été 1946 grand-mère résidait à Préfailles (en face de chez M.B.) avec sa mère, sa fille et papa. Leur voisinage durera autant que leur amitié indéfectible : plus de vingt ans encore !

     

     

     

      Il paraît que la soeur de papa éclata en sanglots dès qu'ils eurent franchi le portail de la résidence. C'est que la villa s'offrait sous son pire aspect. Ronces et chardons avaient envahi le terrain abandonné aux herbes folles depuis le départ des a llemands. Ceux-ci, et certainement quelques pillards opportunistes, avaient saccagé les bâtiments. Les grands miroirs de trumeaux, au-dessus des cheminées, avaient servi de cibles de tir et la toile des murs avait été arrachée. Sans doute à ce spectacle éprouvèrent-ils le sentiment qu'une tâche quasi-insurmontable les attendait, qu'ils venaient de quitter la misère pour la désolation.

    « Le temps de prendre du tempsDes amis dans la guerre - 39 »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    2
    margareth Profil de margareth
    Lundi 16 Janvier 2012 à 10:14

    fIDwvDWDtTZ :

    Thank you.

    1
    fIDwvDWDtTZ
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 22:59
    Now I'm like, well duh! Truly thankufl for your help.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :