• L'étranger - Albert Camus (1913-1960)

    L'étranger - CamusAu milieu des années soixante, L'étranger me fit découvrir à la fois Camus et la littérature. Ce roman était, si je ne me trompe, la première oeuvre d'auteur que je lisais dans son intégralité. Il se peut que les précédentes (s'il y en a eu) aient moins marqué mon esprit.

    L'ouvrage de Camus m'enthousiasma pour plusieurs raisons. E n premier lieu son  style ; mais surtout il m'introduisait dans la psychologie d'un personnage incompréhensible pour l'adolescente de feu que j'étais, figé dans l'indifférence totale. D'emblée, les premières phrases , inoubliables, attisèrent ma perplexité : "Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier. Je ne sais pas." Paroles inouïes ! Un jeune homme venait de perdre sa mère et il n'exprimait aucune émotion. Meursault ne ressentait rien, comme absent à sa propre vie, observateur fataliste de son déroulement.

    L'autre sujet d'étonnement fut la description du milieu des petits français de l'Algérie française, ouvriers et employés qui côtoyaient les arabes les plus modestes. Une classe de colons dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'alors.

    Enfin nous ressentions si bien à travers l'écriture de Camus la chaleur du soleil méditerranéen qui assomme les hommes, la lumière éblouissante du sud, le scintillement de la mer omniprésente. Ces rivages qu'il décrivait  je les imaginais semblables à ceux de Préfailles que je connaissais. Je retrouvais à travers son récit  la mer tant aimée, même s'il ne s'agissait pas de la même...
    « Bizarre, bizarre...Flocons ou plumes ? »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :