• Le feuilleton hebdomadaire - 1


    Le blog de la voisine (base)

    7 JANVIER 2010

    Aujourd'hui j'ai crée mon blog, né de l'ennui. Depuis quatre jours ma seule distraction consiste à regarder d'infimes flocons voltiger au-dessus des toits blancs, calfeutrée derrière ma fenêtre dans la tiédeur de l'appartement. Mortel ! Le manteau immaculé, la féerie hivernale, le bruit ouaté des pas... Mon imagination à bout de poncifs a calé ! A quoi pourrais-je bien occuper mon esprit brouillonnant ? Voilà qu'est venue cette idée de me lancer dans la blogosphère !
    Il faut dire que depuis des mois neveux et petits cousins me bassinent avec leurs blogs ! "Tante Alice, va regarder mon blog. Tante Alice, liras-tu mon dernier billet ? Si tu veux de mes nouvelles tu n'as qu'à lire mon blog, tante Alice !" D'accord, mais j'aimerais bien en donner aussi, de mes nouvelles, et qu'elles soient lues ! La première fois que je me suis risquée à laisser un commentaire, Yvan a retrouvé mon numéro de téléphone, juste le temps de me demander de rester plus discrète.
    - Tu comprends, quand tu décris avec tant de précisions monsieur Untel, sa famille pourrait le reconnaître. Je ne veux pas d'ennuis !
    - Mais monsieur Untel est mort il y a cinquante ans et il n'avait pas de descendants directs.
    - Il n'empêche ! Il avait des cousins. On ne sait jamais...
    - Bien, je ferai attention à l'avenir...
    Depuis, pour éviter tout risque de malentendu, je préfère m'abstenir. Désormais égarée parmi la foule des anonymes qui défilent sur son blog, j'ai le sentiment d'avoir perdu mon statut de parente.
    On parle de surfer, de naviguer sur la toile comme sur un océan planétaire sur lequel flotteraient des millions de containers pleins du besoin de reconnaissance individuelle. Pour ma part je préfère l'image d'une sorte de Gormenghast* virtuel à la dimension de notre globe. Ou plutôt, pour écarter le sinistre du lieu, d'un Versailles gigantesque avec jardins, salles de réceptions, chambres innombrables, coins et recoins que chacun peu visiter à sa guise dès lors qu'il en possède la clef.
    J'ai intitulé mon blog TARATATA. Pourquoi ? Pour rien. En vérité c'est le premier mot qui m'est passé par la tête au moment de le baptiser. Cela ne casse pas les briques, aurait dit ma mère. C'est du n'importe quoi ! Traduirait ma nièce Esmeralda en langage jeune contemporain. L'essentiel, somme toute, est de posséder un nom de site pour en obtenir la clef ! Ce qui n'empêche pas la souricette d'avoir à soulever trente-six clapets avant d'accéder à la machinerie.
    Bien, maintenant que j'occupe un loft avec vue sur le monde, reste à le meubler...

    *
    Gormenghast - Mervyn Peake
    N.B. : Ce récit n'est pas un journal intime, mais une fiction.
    « Histoire de se réchauffer !NINOG, artiste plasticienne »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :