• Le feuilleton hebdomadaire 26

     

    Le blog de la voisine (base)

     

     

    ...à moins qu’une voisine de notre voisine n’ait elle aussi un œil derrière sa fenêtre et peut-être un autre fixé sur la lucarne de son écran. Penchons-nous un moment sur son journal ; scrutons ses pensées, écoutons ses réflexions…

     

    24 juin 2010

     

    Taratata ne claironnera plus de l’été. De bon matin je l’ai vue charger l’arrière de sa Mini-Austin et franchir le portail d’entrée. La dame est bien conservée. Qui croirait que nous avons le même âge ? De loin elle porte quarante ans. Certes, de près l’illusion s’estompe. Mais elle veille à préserver une allure jeune et moderne. Chic sport. Sans doute est-elle issue d’un milieu aisé. Elle n’a pas dû traverser trop d’épreuves dans sa vie.

    Madame ou mademoiselle ? La question était courante dans ma jeunesse. Depuis trois ans que nous cohabitons, je n’en sais toujours rien. Pourtant, d’un naturel affable, elle n’hésite pas à nous accoster pour échanger quelques mots. A vrai dire, elle parle beaucoup pour peu de choses. Sa conversation se limite en général aux lieux communs d’usage : le temps et les minables embrouilles de voisinage. Elle est gentille. C’est déjà une qualité appréciable.

    Son blog est à son image, charmant et vide. Elle y publie des photos sans grand intérêt. Des clichés pris à l’occasion des vacances. On visionne son site comme on feuillette un album de famille, la larme à l’œil au souvenir de la tante Amélie, du cousin Gaston ou des étés à Pornichet. Peu de texte. Le plus souvent elle se contente d’afficher des titres.

    J’ai quand même beaucoup ri quelquefois en reconnaissant les chats errants du quartier ! Et ces noms dont elle les a affublés ! Et mon petit Varech en train d’embrasser le gros matou gris qui traîne dans les parages ! Pour son retour je lui réserve une surprise par blog interposé…

    A quoi remplit-elle son temps ? Au shopping, aux bavardages entre copines à la terrasse des bars. Je la crois plutôt frivole. Parfois elle rentre chargée de sacs estampillés au logo de grandes marques. Ma foi, si ses moyens le lui permettent, pourquoi pas ?

    C’est surprenant, en six mois d’échanges quasi-quotidiens, elle n’a toujours pas fait la relation entre CLAUDE et moi-même. A plusieurs reprises je lui ai tendu la perche dans mes commentaires. De plus mon nom est inscrit en toutes lettres sur ma sonnette : Claude R.

    Varech me fait les yeux doux. Ce qui signifie : « Promenade, maîtresse ! » Allons-y donc !

     

    28 juin 2010

     

    Varech avance à pas comptés. Il me fatigue davantage que s’il tirait sur sa laisse. Je finis par appréhender les heures de sortie.

     

    1er juillet 2010

     

    Madame et Mademoiselle H. ont quitté leurs pénates pour l’appartement vide du rez-de-chaussée. Cette malheureuse Madame H. n’aura plus à descendre notre interminable escalier de réception ; juste les cinq marches du perron.

     

    2 juillet 2010

     

    Comment avons-nous fait connaissance via internet ? Je ne me le rappelle pas. Sûrement au hasard de la navigation. Laquelle de nous deux a d’abord pris contact avec l’autre ?  Je ne le sais plus. Quoi qu’il en soit, nos échanges ont malgré tout un côté sympathique. Si j’allais faire un tour chez ses favoris ?

    Voyons cela… Lucullus, Arts de la table et du jardin. Là nous évoluons dans Amour, Richesse et Gloire ! Elle doit être dans son élément. Aucun article n’a été publié depuis trois  mois bien que le nombre de commentaires dénote le succès. Son administrateur a dû jeter l’éponge, las des contraintes liées aux publications régulières.

    Mamoureuse. Que de chats ! Que de chats ! Et un ou deux yorkshires qui montrent le bout de leur museau ici et là. Taratata aime tant les félins (au point de les photographier dans la rue !) qu’elle doit être aux anges !

    CS-qui. Le spécialiste de la cuisine spartiate. Etonnant !

    Scouttoujours. Éternel randonneur qui sillonne le réseau de nos sentiers. Je ne l’imagine guère fréquenter ce type d’homme.

    Tatiana. Que nous réserve ce doux nom ? La demoiselle gère un joli blog. Ses photos de paysages maritimes dévoilent une rare sensibilité. Si ce n’est pas de l’art, nous en approchons.

    Moi,moi, encore moi. Je ne connais pas plus narcissique. C’est le journal d’une gamine préoccupée de ses seules conquêtes masculines. Comment Taratata peut-elle s’intéresser à des papotages aussi puérils ?

     

    N.B ceci n'est pas un journal intime, mais une fiction

     

     

    si cet article vous intéresse, vous pouvez voter en cliquant sur le bouton

    « Shoes'showImages publicitaires du Bon Marché »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :