•  

    Le manuscrit de la Voie Lacté – Béatrix Ulysse 

    Editions Orizons  (septembre 2011)


    Le manuscrit de la Voie lactée - Béatrix Ulysse

     

     Conrad, le personnage central du Manuscrit de la Voie Lacté, ancien trader converti à la peinture artistique, idéaliste, nous entraîne d'un musée à l'autre à travers l’Europe, investi d’une mission qui est dévoilée au fil de la lecture. De chapitre en chapitre les voyages se succèdent comme une suite de stances. La mort poursuit notre héros dans ses pérégrinations. Quelle malédiction s’attache à ses pas ? A moins qu’il ne s’agisse en quelque sorte d’un cheminement initiatique.

     

    Davantage encore que le premier, le second roman de Béatrix Ulysse prend un tour mystique quasi-ésotérique. Collision entre les antiques sources de la pensée européenne qui plaçait l’Homme au centre de sa réflexion et la rapacité des milieux financiers au mépris des masses laborieuses et de toute considération humaniste.

     

    Là encore, l’auteur utilise le fil d’Ariane d’une couleur tout au long de sont récit. Le mauve qui désigne l’infamie remplace ici le rouge de la bague dans L’écho du corail perdu.

     

     Le manuscrit de la Voie lactée - Béatrix Ulysse

     

    Nous le savons, Béatrix Ulysse est restée très attachée à sa Corse natale où elle ancre certains passages prépondérants de son roman. Ce sera d’ailleurs sur l’île de Beauté que se conclura l’aventure.

                                                                                                                        Crédit Photo : Ed. Orizons

     

    Dédicace à l’occasion du lancement du roman

    Le manuscrit de la Voie Lactée

    Mercredi 28 septembre 2011 à 19 h

                   13 rue de l’Ecole Polytechnique

                   75005 PARIS

     

    Le manuscrit de la Voie Lactée

    Béatrix Ulysse

    Editions Orizons

    222 pages

    Prix 20 euros

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  •  

    Alice Plane

     

    A l’auberge de l’Orient

     

    Seule sur les routes d’Asie Centrale

     

    Ed. Transboréal - Col. Sillages

     

    A l'auberge de l'orient

     

     

     

    En janvier 2007, ALICE PLANE, jeune femme fraîche émoulue de l’Institut d’études politiques de Lille et de l’ESSEC, prend la décision audacieuse de réaliser son rêve : partir seule à travers l’Asie Centrale ; parcourir les routes de la soie. Non pas dans la perspective de mettre ses pas dans ceux des antiques caravanes, mais avec le projet de s’initier à la cuisine locale quotidienne que les femmes préparent dans l’intimité de leur foyer.

     

     

    Lire la suite

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • J de Romilly

    De son vrai nom, Jacqueline Worms de Romilly, l’académicienne vient de nous quitter à quatre-vingt-dix-sept ans. Couverte d’honneurs, auteur de très nombreux ouvrages consacrés à la Grèce ancienne et à sa langue, cette grande dame presque aveugle, seule et sans famille à la fin de sa vie, s’interrogeait  sur les critères de réussite d’une existence. Le succès, la consécration en sont-ils la plus sûre expression ?

     

    Née Jacqueline David en 1913, elle était la fille de Maxime David, normalien professeur de philosophie qui mourut pour la France en 1914. Ce qui n’empêcha pas le régime de Vichy d’écarter Jacqueline de Romilly de sa fonction en 1941 à cause des origines juives de son père !

     

    Philologue, helléniste, professeur, écrivain, ses travaux innombrables lui ont valu maints honneurs qu’il serait trop long d’énumérer dans ce billet, mais que vous pourrez consulter ici

    Citons les principaux :

    En 1973, elle obtint la chaire de la Grèce au Collège de France et devint la première femme professeur de ce prestigieux établissement.

    En 1975 elle est la première femme à être élue à l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

    En 1989 elle est la deuxième femme à entrer à l'Académie française, après Marguerite Yourcenar.

     

    Elle fut aussi l’initiatrice, avec un médecin et un chef d’entreprise, du Blog des Bonnes Nouvelles à travers lequel elle nous incitait, selon le mot d’Apollinaire, à « rallumer les étoiles ». Certains, à notre époque où il est de bon ton de cultiver le cynisme et d’exalter la violence, on pu juger la démarche assez naïve pour la tourner en dérision et la parodier. Pourtant l’humanité a grand besoin d’innocence et de foi en un monde pas tout à fait perdu.

     

    Alors, Madame, des hommes et des femmes de bonne volonté poursuivront votre tentative de « rallumer les étoiles » dont vous fûtes l’une des plus étincellantes.

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique