• Tumeur cérébrale : sortie de l'enfer !

    Tumeur cérébrale : sortie de l'enfert !Depuis le début du traitement, il y a désormais trois semaines, mon état général s'améliore d'une manière sensible. Plus de vertiges ni de céphalées. La désagréable sensation que mon crâne se gonflait comme une outre lorsque, en position allongée, je croisais mes mains sur mon ventre, a disparu. Les buissons ne se transforment plus en tête de cheval en fonte couleur vert fontaines Wallace, les carillons lointains se sont tus. Bien que toujours assez fatiguée, cet épuisement constant qui m'accompagnait jours et nuits ne se manifeste plus.

    D'un point de vue physique, je vais beaucoup mieux ; davantage encore psychiquement ! Jamais je n'ai abordé cette question, c'est pourtant dans ce domaine que j'ai éprouvé le pire, de façon à peine perceptible au départ, il y a presque un an, jusqu'à l'impression d'être possédée par une force infernale au cours des semaines qui ont précédé le début du traitement. La folie était bien près de me submerger, si ce n'en était déjà.

    Tout à commencé par une sorte de mélancolie, des insomnies, quelques larmes parfois. Si en public je faisais encore bonne figure, au fond de moi tout devenait prétexte à tristesse, mes souvenirs, mon avenir, tous les malheurs du monde, la nature à la beauté vénéneuse. De plus en plus souvent je me trompais dans mes achats et mes paiements. Jamais de ma vie je n'ai cassé et ébréché autant de vaisselle qu'au cours de cette période. Je me brûlais souvent parce que j'avais tendance à prendre les casseroles à la base de la queue.

    Plus tard, au contraire de ce qui se produisait au début, je dormais longtemps. Puis sont apparues des crises d'angoisse et de panique qui n'ont cessé de s'amplifier jusqu'à ce que les premières piqûres produisent leur effet. Ce que je vivais, surtout la nuit, était épouvantable. Il me semblait évoluer dans un monde obscur, intermédiaire, qui n'appartenait ni à celui des vivants, ni à celui des morts, et devoir à jamais y rester confinée ! Je sanglotais pendant des heures sans avoir une main rassurante à saisir. J'éprouvais une formidable colère contre le monde entier, qui se développait en moi comme un parasite aux dépens de mon libre-arbitre. Il m'est arrivé une fois de crier dans l'espoir de me libérer de cette pression mortifère. Aussitôt une douleur très vive a traversé ma nuque, comme un coup de poignard et je me demande maintenant si elle n'aurait pas été provoquée par une petite hémorragie cérébrale.

    A cela s'ajoutait une confusion progressive de l'esprit. Plusieurs fois il m'est arrivé de ne plus savoir enfoncer une cl clef dans la serrure. Je me souviens d'un soir en particulier. Il faisait froid et nuit. Je rentrais de la dernière promenade avec mon chien. Il n'y avait personne dans l'immeuble. Incapable de prendre la moindre initiative, je restai là, sur le perron, à pleurer. En définitive je suis repartie faire un petit tour. Au retour tout était rentré dans l'ordre.

    Quand il fallait utiliser le train, les horaires et les destinations devenaient si embrouillés pour ma raison dérèglée, que je n'y comprenais absolument rien de sorte qu'il m'est arrivé de manquer mon train ou bien de l'attendre pendant deux heures !

    Prendre une décision, si commune qu'elle fût, suscitait de l'anxiété jusqu'au vertige. Je demeurais des heures prostrée, sans réussir à arrêter un choix tel que : faire cet achat ou cet autre ? Aller ici ou là ? Sortir ou ne pas sortir ? Prendre une douche le soir ou le matin ? etc. L'heure des repas passait sans que j'aie bougé. A la longue mon petit chien venait s'asseoir devant moi et me dévisageait. Il me donnait des coups de pattes, pleurnichait et finissait par me sortir du tourment sans fin qui me paralysait !

    Tout au long de ces jours terribles, il m'a fallut faire un effort quasi-surhumain pour publier quelques articles...

     

    « Woodkid - I love YouColoriage Petit Ugo »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    23
    margareth Profil de margareth
    Dimanche 24 Mars 2013 à 09:32

    babeth54 :

    Le courage, il se manifeste avec la maladie, c'est un des effets secondaires . Merci pour ces gentilles paroles.

    22
    Samedi 23 Mars 2013 à 10:24

    bonjour,


    quel courage de parler ainsi , avec humilité de cette maladie qui fait peur et angoisse...


    bravo!!


    je ne peux qu'être qu'une pensée lointaine et lire ou entendre tes souffrances..bises babeth

    21
    margareth Profil de margareth
    Vendredi 22 Mars 2013 à 09:24

    lucia 09 :

    Qu'importe les mots, l'important est d'être là. Le soleil ! Nous soupirons tous après lui ! Mais où donc est-il passé ? Et il est douteux que la Semaine Sainte, la semaine prochaine, le ramène. Espérons qu'il réapparaîtra avec les cloches de Pâques...

    20
    Vendredi 22 Mars 2013 à 08:15

    Ce n'est pas facile de trouver les bons mots face à ces épreuves , je souhaite que le soleil arrive très très vite .

    Et bravo pour ce courage d'en parler

    En pensées avec toi Lucia

    19
    margareth Profil de margareth
    Jeudi 21 Mars 2013 à 09:05

    fanfan2B :

    Pour le moment l'amélioration est quasi-quotidienne. HIer soir, en regardant un film sous-titré, je me suis aperçue que je voyais mieux. Je pouvais lire les sous-titres sans lunettes ! Heureusement que j'ai mon petit Ugo près de moi, son affection m'a tellement soutenue.

    breucq :

    Je suis en train d'oublier ! Maintenant, que les beaux jours arrivent vite !

    Françoise974 :

    De temps en temps on me fait remarquer en effet que certains commentaires disparaissent. Je ne sais pas pourquoi. Mais le deuxième est bien resté. Pour le moment mon état s'améliore de jour en jour et je retrouve ma joie de vivre. Il ne manque plus maintenant que le soleil qui cette année se fait attendre. Mais je pense que sur votre île lointaine vous ne souffrez pas d'absence de chaleur !

    18
    Mercredi 20 Mars 2013 à 22:31

    Mon premier commentaire ayant disparu, je remets un deuxième plus court. Je disais simplement que je venais de découvrir les douloureuses, difficiles épreuves que vous venez de subir et que j'étais admirative de la façon claire que vous avez de nous raconter ces affreux moments.

    Bravo et bon courage pour continuer à surmonter les problèmes. Vous vous sentez mieux et le printemps qui arrive va vous aider encore davantage.

    A bientôt. Je vous souhaite le meilleur.

    17
    Mercredi 20 Mars 2013 à 18:48

    Heureusement que ça va mieux maintenant ! Quelle angoisse terrible tu as dû connaître ... Courage : le printemps va essayer de nous adoucir un peu la vie. À bientôt.

    16
    Mercredi 20 Mars 2013 à 12:17

    Heureusement que ton chien t'oblige à réagir; c'est dur la maladie morsqu'on est seul .

    Je souhaite que ce traitement   te réussisse de mieux en mieux et que tu puisses vivre normalement .

    Je pense à toi;n'hésita pas à nous parler de ta maladie  si cela peut t'aider et  aider d'autres malades.

    15
    margareth Profil de margareth
    Mercredi 20 Mars 2013 à 09:29

    Florentin978 :

    C'est pire encore, car je sais désormais que mon cancer s'est généralisé et que mon organisme est envahi par les métastases. Mais, comme le dit mon médecin, ce qui importe, ce n'est pas de vivre à n'importe quel prix, mais de le faire avec un minimum de qualité de vie. Ce qui est maintenant le cas et me redonne un nouvel espoir. J'espère au moins profiter pleinement de ce printemps et du prochain été ! 

    mamiemouette, Liliane 62 :

    Le courage se manifeste par nécessité. Nous sommes, au fond, beaucoup plus forts que nous le croyons. Mais mon petit Ugo m'a été quand même d'un grand secours.

    14
    Mardi 19 Mars 2013 à 22:35

    Ce devait être insoutenable... Mais que de progrès a fait la science ! Ca me fait grand plaisir qu'au bout de trois semaines tu te sentes déjà mieux ! Et quel courage d'écrire ainsi en toute lucidité ton parcours... Merci Margareth et merci à Ugo de te tenir compagnie... Je suis sûre qu'il a tout compris. Bonne soirée et caresses à ton gentil compagnon.

    13
    Mardi 19 Mars 2013 à 20:32

    que de courage tu as !

    le plus triste c'est que tu te sois  retrouvée  seule , parfois les aninaux sont plus humains  que l'humain .

    je t'embasse bonne soirée

    12
    Mardi 19 Mars 2013 à 17:43
    Florentin978

    J'avais cru comprendre un moment que tu n'étais pas bien, mais j'étais à cent lieues de penser que c'était si grave. Mais, comme toi, j'espère que le plus dur est passé et que tu vas effectivement voir le bout du tunnel. On ne peut, c'est vrai, qu'imaginer ce que l'on peut éprouver quand on est à ce point atteint. Ce que tu as vécu là est tout de même assez impressionnant. En tout cas, tu n'as pas perdu la tête : ton écrit ressemble vraiment à ce que tu sais faire. Porte-toi au mieux. A plus. Florentin.

    11
    margareth Profil de margareth
    Mardi 19 Mars 2013 à 15:32

    Framboise44 :

    Je crois qu'il est impossible de le ressentir, et peut-être même de l'imaginer, sans l'avoir vécu. Mais lorsqu'on en a fait l'expérience, cela aide sans doute à comprendre la douleur morale et psychique de certains malades mentaux.

    Algéroma :

    Votre présence et votre soutient, ami(e)s de plume, me sont infiniment précieux, même si je ne suis pas toujours très présente sur vos blogs. Mais j'ai bon espoir que cela aussi s'arrange au cours des prochains mois.

    Sofadream :

    Cigalette 106 :

    Non, il n'est pas toujours facile de trouver les mots. L'essentiel est qu'il y en ait.

    Jocelyne C :

    J'ai longtemps hésité avant d'en parler. Peut-être ce témoignage servira-t-il à d'autres. Oui, comme tu l'écris, c'est vraiment une lumière que je traverse actuellement. J'espère qu'elle ne sera pas qu'une éclaircie fugace...

    Yvette44 :

    Je crains en effet que ton mari ne traverse en ce moment la même période sombre et que ce ne soit pas facile pour toi non plus. Mais (et c'est important) tu es là, très présente près de lui pour le rassurer. Il est vrai que dans le domaine médical la science a fait d'énormes progrès en cinquante ans. Néanmoins par moment nous voudrions qu'elle avance plus vite encore, qu'elle découvre la panacée...

    CADIX H'A, Mony +f+f :

    Le médecin m'avait dit que si ce traitement me convenait nous le saurions très vite. Mais je n'imaginais pas à ce point !

    fusette2 :

    Mon chien a 10 ans. Avec mon chien précédent j'avais déjà remarqué qu'avec l'âge nos animaux domestiques nous comprenaient de mieux en mieux, comme s'ils profitaient eu aussi de leur expérience de la vie.

    titi :

    Je me sens tellement mieux ! Jamais je n'aurais imaginé de tels progrets en 3 semaines ! J'espère que ce ne sera pas qu'une éclaircie. J'ai encore passé ma matinée au labo retenue là-bas par des examens un peu compliqués semble-t-il et qu'ils ne doivent pas pratiquer tous les jours (nécessité d'utiliser des tubes et divers appareils à -2  ou -4° et même pour l'un, à -20° ! - et le tout sera expédié à Paris !). D'autres sont prévus dans quelques jours, encore à jeun !

    10
    titi.
    Mardi 19 Mars 2013 à 14:06

    Me voilà revenue, je suis contente que tu commences à sortir du cauchemar que tu nous décris et je bénis le

    ciel qu'il en soit ainsi. Remerçions aussi ce brave Ugo qui t'a soutenu à sa manière.

    Très Amicalement

    Bravo pour le courage !

     

    9
    Mardi 19 Mars 2013 à 11:25

    Une bonne nouvelle ! pour te faire voir le bout du tunnel..


    En tout cas ta lucidité n'est pas affectée, preuve en est ta remarquable facilité à décrire ce que tu as vécu.


    Quant à ton chien...je suis persuadée que nos compagnons à 4 pattes ont cette merveilleuse faculté d'être réceptif à nos mal-êtres... c'est touchant..


    bise et plein d'espoir pour la suite


     

    8
    Mardi 19 Mars 2013 à 07:10

    quelle horreur vous avez du vivre. je suis étonnée et incroyablement soulagée à quel vitesse le traitement fait effet. et c'est tant mieux. Vous pouvez recommencer à vivre un peu. ouf. je pense très souvent à vous.

    7
    Lundi 18 Mars 2013 à 23:16

    Je suis contente de savoir que tu vas mieux, tu es passée par des moments vraiment très durs à surmonter. Gros bisous, et courage, là tu renais !!! Bises. FRANCOISE

    6
    Lundi 18 Mars 2013 à 20:41

    Ma chère Margareth, d'après ce que tu écrits, je pense à mon gendre dont les métastases ont envahi le cerveau. Il finissais par faire des crises d'épilepsie. Je me doute de ce que tu as pu subir et lui-même, sauf que lui est parti, hélas, c'était rendu trop loin. Je pense que pour toi c'est un soulagement, avoir sa tête bien à soi, bien en place. Et je commence à vivre cela au travers de ma moitié. Tout en sachant que c'est irréversible chez lui. La panique prend souvent le dessus  , c'est ce qui est le plus inquiétant, heureusement que je suis là pour tempérer!

    La science fait de gros progrès et espérons que cela va aller de mieux en mieux pour toi. Courage, je t'ai dit que le printemps allait arriver et que les nouvelles seraient bonnes. bisous à toi et à bientôt pour d'autres bonnes nouvelles!   Yvette

    5
    Lundi 18 Mars 2013 à 18:46

    C'est vraiment une lumière qui t'accompagne actuellement, car de pouvoir ainsi parler de toi, des affres dans lesquelles tu te morfondais, est un pas en avant!

    Come tu dis on fait bonne figure mais parfois notre esprit est rongé , on ose pas en parler...

    De tout coeur avec toi

    Jocelyne

    4
    Lundi 18 Mars 2013 à 18:23
    Cigalette 106

    Bonsoir margareth, heureuse de lire ton article qui nous apporte une petite amélioration, j'espère que cela iras un peu mieux chaque jour.


    Pas toujour évident de pouvoir trouver les mots juste pour réconforter et encourager ceux que l'on aime, mais mes pensées vont vers toi et mes prières aussi.


    Je t'embrasse bien fort, bisous bisous

    3
    Lundi 18 Mars 2013 à 18:20
    2
    Algeroma Profil de Algeroma
    Lundi 18 Mars 2013 à 18:17

    nous sommes avec toi par tes mots en essayant d'approcher tes angoisses passées et ton amélioration actuelle. Reprendre ta vie en main peu à peu mais avec la conviction que tu es sur la bonne route c'est ce que nous souhaitons nous tes amies de plume, car tu nous fais l'amitié de te confier à nous, meme si notre main à saisir est si lointaine..

    1
    Lundi 18 Mars 2013 à 17:24

    On ne peut évidemment pas ressentir ce que tu ressens , et c'est toujours difficile d'encourager quelqu'un que l'on sait malade et traitement grave .

    Ca me fait néanmoins plaisir de lire tes premières lignes dans lesquelles tu dis ressentir un mieux , tu as traversé un chemin si noir qu'il serait bien que tu vois un peu de lumière ....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :