• Votre feuilleton du week-end : Le Salon de thé 40

     

    Votre feuilleton du week-end : Le Salon de thé 40



    Semaine 40

     

    Adèle Hermenier, un roman abandonné sur ses genoux, les mains croisées sous la nuque, contemple le ciel blafard de lumière que le jeu de la ramure fait miroiter au-dessus de sa tête. Elle se sent jeune parce que le bonheur éloigne des rancoeurs de la maturité. Un peu plus loin sa mère dort affaissée dans son fauteuil. C’est un bel après-midi dominical.  La brise apporte des rires d’enfants par vagues successives. Elle sourit aux anges, Adèle. L’avenir se teinte d’espérance. Elle a appris des choses qu’elle n’entend pas dévoiler de sitôt, bien que sa mère lui serine l’adage : tout finit par se savoir.

    Qu’a-t-elle découvert que nous ignorerions ? Peu et beaucoup à la fois. Lorsque son client –TANT ATTENDU- lui a remis sa carte mardi dernier, elle a lu avec stupéfaction : Joachim von dem Rhiu-Röhnicht ! Après une seconde de doute, elle a fait le lien avec les anciens seigneurs de ces lieux. Les connaissait-il ou bien n’était-ce qu’un hasard ? Cette interrogation déroutante méritait bien que tout le monde se rassît. Joachim von dem Rhiu-Röhnicht attribuait sa présence ici à une succession de circonstances plus ou moins fortuites. Il descendait en effet de la maison du Rhiu, mais par sa branche cadette et huguenote, les du Rhiu de la Roselière, qui avait été contrainte à s’exiler jusqu’en Prusse lors de la Révocation de l’Edit de Nantes, en 1685. Ils s’étaient constitués un patrimoine foncier dans ces lointaines contrées de l’Est européen et avaient par la suite germanisé leur nom de famille.

    L’effet de ressac que provoquent les années ultimes de l’existence conduit nombre d’hommes et de femmes à se pencher sur leur généalogie. Joachim von dem Rhiu-Röhnicht avait à son tour éprouvé l’irrépressible besoin de poser ses pas dans ceux de ses ancêtres. S’il connaissait leur région d’origine, en revanche il ne disposait d’aucune information quant à la situation de leurs terres et de leurs châteaux. Quelques lignes dans un quotidien régional l’avaient aiguillé du côté de l’Hôtel Pochon. Il avait alors découvert fort opportunément le salon de thé/galerie d’art de mademoiselle Hermenier. D’ailleurs lui-même, amateur éclairé, collectionnait les œuvres d’artistes encore méconnus qu’il jugeait prometteurs. Hans Niessl, qui l’accompagnait, partageait cette passion.

    Il ne tarda pas à faire allusion aux fouilles en cours. Dans sa famille les générations avaient conservé la mémoire d’un parent catholique, mais néanmoins tolérant qui, pendant quelques semaines, avait caché leur ancêtre dans un cul-de-basse-fosse aux abords de son manoir, avant qu’il ne fuît avec les siens. Ce récit aurait pu n’être qu’une jolie légende comme les familles savent parfois en broder. Dans le cas présent la découverte de souterrains-refuges confirmait la véracité des dires. Aujourd’hui, pressés par des rendez-vous en Suisse, les deux hommes étaient contraints de partir. Mais ils promirent de revenir et de s’entretenir avec l’équipe archéologique.

    Joachim von dem Rhiu-Röhnicht allait s’engouffrer dans sa voiture lorsqu’il se ravisa et fit demi-tour :

    —Je crois, confia-t-il à mademoiselle Hermenier, que mon oncle Balthasar zu Lobsteinbau a séjourné ici pendant la dernière guerre.

    —Vraiment ? répliqua Adèle Hermenier au comble de la curiosité. Vous en aurait-il dit quelques mots ?

    —Non. Malheureusement je ne l’ai pas connu. Il a été tué sur le front russe bien avant ma naissance. Nous en reparlerons lors de ma prochaine visite !

    Son oncle ?  Adèle Hermenier lève le nez vers les frondaisons. Donc descendant par sa mère des seigneurs du Rhiu. Mais alors… aurait-il fait part de son ascendance aux demoiselles Pochon ?

    N.B. Ceci est une fiction

     

    « Votre feuilleton du week-endCuriosité - Strangeness »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    9
    margareth Profil de margareth
    Vendredi 14 Octobre 2011 à 08:19

    monica et la mer :

    Oui, il faut savoir être patiente ;-)

    jocelyne :

    Qui sait ?

    8
    Jeudi 13 Octobre 2011 à 19:29

    Est-ce qu'une histoire d'amour pourrait découler de cette rencontre?...

    7
    Monica et la mer
    Mardi 11 Octobre 2011 à 19:00

    bonjour   merci de ton passage  sur mon blog

     ce qui  m à permis   de voir le tien  , et je vais te lire   je vois que tu écrit     et en temps réel  alors   il faut être patientes

     bonne soirée pour toi

     amicalement d ebretagne nord

     kénavo

    6
    Mardi 11 Octobre 2011 à 18:10

    Voilà un secret qu'il va être difficile de cacher longtemps et qui va exciter le petit cercle d'habitués lorsqu'il sera connu!

    Que va-t-il se passer maintenant ?

    J'attends sagement la suite! Bonne soirée

    5
    margareth Profil de margareth
    Mardi 11 Octobre 2011 à 08:05

    Liliane 62 :

    Sur les blogs les récits trop longs font fuir certains lecteurs. Il n'est pas toujours facile de trouver la juste mesure !  ;-)

    4
    Lundi 10 Octobre 2011 à 21:12

    Je trouve toujours tes récits trop courts... Mais comme il est écrit plus haut, il faut savoir être patient !
    Merci Margareth, bonne soirée.

    3
    itti
    Lundi 10 Octobre 2011 à 14:19

    Je m'en doutais aussi ! Quelle histoire ! Bonne journée !

    2
    margareth Profil de margareth
    Lundi 10 Octobre 2011 à 08:56

    algerome :

    Tu ne manques pas d'intuition... mais il faut aussi savoir être patiente car j'essaie d'écrire en "temps réel" et dans la réalité tout n'avance pas toujours aussi vite ! (Cela te laisse tout loisir pour envisager divers scénarios)

    1
    Dimanche 9 Octobre 2011 à 23:18
    algerome

    je préssentais un rapport entre le bel inconnu et son compagnon avec les souterrains...je suis râvie!!! Je pense que nous allons avoir de belles pages d'histoire pochainement...même si les battements de coeur nous interessent...aussi!!!:o)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :