• Votre feuilleton du week-end : Le Salon de thé 49

     

    Votre feuilleton du week-end : Le Salon de thé 49


    Semaine 49

     

    Adèle Hermenier est harassée. Si le succès grandissant de son salon de thé se confirme, elle devra engager une serveuse pour la seconder qui fera office de jeune fille de la maison, en quelque sorte, suffisamment cultivée pour s’entretenir avec une clientèle instruite, et qui, à l’avenir, pourrait être associée à la gestion de la galerie d’art. Mais quelle diplômée d’études supérieures accepterait un statut d’employée de restauration à temps partiel avec la perspective hasardeuse d’accéder peut-être un jour à la position de galeriste ? Elle-même éprouverait des scrupules à prendre le risque de pousser une jeune fille vers une impasse professionnelle. Mieux vaut s’accorder un délai de réflexion et s’assurer de la perpétuation et de la réussite de Chez Adèle H.

    Sans tenir compte de sa fatigue, monsieur Niessl a réussi à la convaincre de le suivre jusqu’au fin fond des Deux-Sèvres ce lundi, chez ce couple d’artistes déjà cité. Bien qu’intimidés l’un et l’autre, ils les ont accueillis de façon charmante dans la cour de leur ferme en rénovation, précédés de leur beauceron, gardien flegmatique de la propriété. Après une pause dans l’atelier de création où ils leur ont servi une crème d’angélique à ne pas désavouer, ils sont partis en chœur saluer les quelques chèvres et brebis dans la bergerie attenante. Puis, de retour dans le local, mademoiselle Hermenier a formulé en termes plus explicites le projet inspiré par Hans Niessl. Ils pourraient résider chez elle une semaine ou deux pour s’imprégner de l’ambiance du val et de l’Hôtel Pochon avant d’en rendre l’atmosphère à travers les œuvres destinées à sa galerie.

    Bela adhère sur le champ au projet qui leur est soumis. Oui, il serait partant. Toute timidité éteinte, son enthousiasme s’exprime soudain à travers un discours exubérant ponctué de références aux  succubes, incubes, envoûtements, obscurantisme…

    —… et l’angélique ! Savez-vous qu’en sus de ses propriétés digestives et autres applications médicinales elle a la réputation de protéger des mauvais sorts et de chasser les démons ?

    Bela frappe sa paume droite de son poing gauche comme une idée, croit-il, lumineuse lui survient :

    —Voilà, madame, un filon que vous devriez explorer  pour votre salon de thé ! Pourquoi n’ajouteriez-vous pas à votre carte cette excellente liqueur d’angélique que nous fabriquons dans la région ?

    Adèle esquisse un sourire.

    —Jeune homme, je n’ai pas de licence qui autorise à vendre de l’alcool et je tiens par-dessus tout à ce que mon salon de thé ne se transforme pas en débit de boissons.

    —Dans ce cas, proposez du sirop d’angélique, des gâteaux à base d’angélique, que sais-je encore…

    —Adèle, intervient Hans Niessl…

    Surprise par cette familiarité pour le moins inopportune (et qui n’est sans doute que l’expression subite et involontaire d’un cœur qui commence à s’éprendre) Adèle, perdue de confusion, sent une vague de chaleur enflammer son visage.

    —Adèle, poursuit Niessl sans se troubler, Bela vous apporte peut-être une idée à ne pas négliger. A vous de l’exploiter au mieux.

    —Mais, reprend celle-ci un peu trop faiblement, vous savez bien que mon objectif vise en premier lieu à étouffer les superstitions malsaines que drainent les racontars les plus extravagants depuis plusieurs semaines.

    —En faire un jeu, travailler le sujet à des fins artistiques serait un moyen de se distancier de ce climat délétère.

    —Peut-être…

    Depuis l’incartade de Niessl la pensée de mademoiselle Hermenier est frappée de stupeur : elle ne se manifeste plus !

    Pendant cet échange Laure n’a pas prononcé un mot. Plus réservée que son mari, elle égraine à voix à peine audible la liste de ses objections. Il y a les cours d’arts plastiques qu’elle dispense dans une école de Niort et à la MJC du village, les animaux qui nécessitent des soins quotidiens, une commande en cours qu’elle doit livrer à temps, etc. Bela proteste avec douceur. Il y a une solution à tout. Néanmoins la jeune femme conclut, mi-figue mi-raisin :

    —Nous allons réfléchir, et, disant cela, elle tourne son regard un peu triste vers son époux.

    Aujourd’hui Adèle se souvient qu’au retour, au moment de se séparer, Hans a pris sa main dans les siennes et lui a susurré :

    —Je reviendrai pour les fêtes…

    Ce samedi Claude Roux tourne en rond dans son appartement. Le jour commence à tomber et Dessablettes ne s’est toujours pas manifesté. Que fait-il ? Mais que fait-il ?

     

    N.B. Ceci est une fiction.

     

    « Croqu'têtes - Heads'skechsTous les enfants ont des rêves - All the children have dreams »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    8
    margareth Profil de margareth
    Mercredi 14 Décembre 2011 à 08:16

    Algeroma :

    J'ignorais aussi les propriétés de l'angélique, mais je suis tombée dessus par hasard en parcourant le net et cette information servait tout à fait mon feuilleton ! Claude est un cas. On va bien finir par lui trouver une issue heureuse ! 

    natie :

    Il faut bien pimenter un peu le récit ! ;-)

    7
    Mardi 13 Décembre 2011 à 21:16

    Une histoire d'amour qui commence ? super !

    Bonne soirée Margareth, bisous

    6
    Algeroma Profil de Algeroma
    Mardi 13 Décembre 2011 à 13:37

    dès que j'ai lu "crème d'angélique" j'ai senti que cela nous amènerait vers un rebondissement! J'ignorais totalement les propriétés "magiques" de cette plante!

    Et puis tu utilises avec bonheur des mots qui en français moderne ne sont plus de mise....alors qu'ils sonnent si bien à notre oreille. Las! notre langue s'applatit de plus en plus sur le charabia  technologique!

    Ok pour l'idylle dAdèle....mais la pauvre Claude???????

    5
    margareth Profil de margareth
    Mardi 13 Décembre 2011 à 08:20

    Sylvie (anjou) :

    J'ai aussi remarqué une corrélation entre maux de tête et temps passé sur l'ordinateur.

    itti, fanfan 2 :

    Des réponses dans le prochain épisode. Nous approchons de la conclusion qui coïncidera avec la fin de l'année.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Lundi 12 Décembre 2011 à 16:26

    Une idylle naissante , un projet qui va peut-être se concrétiser ... l'avenir va s'éclairer pour Adèle , semble-t-il.

     Bonne semaine

    3
    itti
    Lundi 12 Décembre 2011 à 14:14

    Çà devient branché ! Tu sais entretenir le suspens.

    Bonne journée !

    2
    Lundi 12 Décembre 2011 à 09:39

    Bonjour Margareth, dès que j'ai lu ton commentaire je me suis empressée d'en marquer chez qques amis bloggeurs et ils sont passés normalement ... ouf ! mais pourvu que cela dure !

    Je repasserai sur ton blog plus tard, j'ai trop mal encore à la tête, c'est aussi pour cela que j'ai énormément diminué mon temps sur l'ordinateur.

    Je te souhaite une excellente journée.

    Amitiés.

    1
    Lundi 12 Décembre 2011 à 08:57
    rené1

    le chapeau ne bouge pas

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :