• Votre feuilleton du week-end : Les Soeurs Pochon - 3

     

    Votre feuilleton du week-end : Les Soeurs Pochon - 3

     

    « …Dites-moi madame Goinit… » Adèle fit signe à l’ancienne charcutière de s’asseoir dans l’un des fauteuils de son boudoir et prit place dans l’autre. Le cube laqué trônait, bien en vue, sur la console. Mais la vieille femme n’y prêta pas attention. « …vous qui étiez commerçante dans ce quartier, vous deviez connaître les demoiselles Pochon…
    — … de vue. Ce n’était pas de grosses clientes. Et puis elles envoyaient la bonne faire les courses.
    — Mais vous en entendiez parler ?
    — Oh ! La, la ! Que oui ! Mais il y a longtemps parce que après la mort de mademoiselle Sixtine elles ne sortaient plus. Et même avant, quand elle est tombée malade.
    — De quoi souffrait-elle ?
    — Je m’en rappelle plus… de leucémie, peut-être.
    — Que disait-on d’elles ?
    — Le pire et le meilleur. C’était que des ragots.
    — La dernière survivante aurait tout vendu pour aller finir ses jours loin d’ici. Savez-vous pourquoi ?
    — Ce n’est que mon avis. J’étais pas dans sa tête. Je crois que mademoiselle Hélène ne supportait plus de vivre dans une maison trop pleine de souvenirs et si vide de présences. Elle n’avait plus personne, juste une femme de ménage qui venait deux ou trois fois par semaine.
    — Pourtant elle était riche…
    — A la fin, non. Mesdemoiselles Pochon n’avaient jamais travaillé. Elles ne vivaient que de leurs rentes qui s’épuisaient. Le bruit a d’ailleurs couru que mademoiselle Hélène aurait surtout hérité de dettes.
    — Savez-vous où elle est partie ?
    — A Menton ou à Cannes… ou bien dans une pension de famille du côté de Saint-Rémy-de-Provence. Je sais plus !
    — Elles devaient avoir de la famille, des cousins ?
    — Pas du côté Pochon. Monsieur Alfred n’avait ni frère ni sœur et ses parents non plus. Sans doute du côté des Le Chahier. Ils étaient de la Loire Inférieure.
    — Du même milieu, je présume.
    — Oh ! Non ! A ce qu’on disait ils faisaient pas de manière, eux. Madame Marc Antoine, qui était « aristo » regardait madame Alfred de haut, à ce qu’on racontait. Pourtant madame Alfred s’était démenée pour soigner sa belle-mère.
    — C’est-à-dire ?
    — La vieille souffrait d’anémie. Les Le Chahier lui auraient fait consulter un docteur de Nantes qui l’aurait envoyée suivre des cures d’eau ferrugineuse à Préfailles.
    — Préfailles ?
    — C’est au bord de la mer, quelque part par là. Il y avait une célèbre source ferrugineuse. (Madame Goinit rit soudain à l’évocation d’un souvenir qui lui traverse l’esprit.) Entre nous ç’avait dû lui réussir parce que du temps des Pochon le château s’appelait l’hôtel Préfailles !
    — Mais l’hôtel avait été construit bien avant.
    — Peut-être. Je sais plus. C’est possible que je me trompe. A moins qu’elle ait été conseillée par ce monsieur Bourasseau de Saumur qui aurait fabriqué de la limonade avec l’eau de la source… 

    Votre feuilleton du week-end : Les Soeurs Pochon - 3


    De confusions en défaillances de mémoire, l’ancienne charcutière ne pouvait apporter davantage de précisions et Adèle Hermenier fut obligée d’admettre que sa quête se terminerait là. Quant aux Le Chahier, qu’aurait-elle à leur demander ? Des confidences familiales ? A quel titre ? Ils ne l’entendraient pas. Rien ne prouvait pour le moment qu’ils fussent les héritiers du laque. Elle devait d’abord tenter de résoudre cette énigme qui risquait de ne jamais être éclaircie.


    Elle eut la tentation de ranger l’œuvre d’art dans sa boîte par crainte de se la faire voler. Mais elle invitait très peu de personnes à pénétrer dans cette pièce toujours fermée. La femme de ménage y entrait une fois par mois et elle avait toute confiance en elle. Catherine était une perle, presque une amie, qu’elle n’aurait échangée contre personne. Depuis un an qu’elle venait chez elle, elle l’appréciait de plus en plus. Elle était une jeune femme discrète, d’une élégance naturelle, compréhensive, dévouée, qui, néanmoins, ne cachait pas ce qu’elle pensait, et qui excellait dans toutes les tâches ménagères. Elle lui demanderait juste de manipuler le laque avec précaution.


    Ce jour-là Adèle eut à peine le temps de déjeuner avant d’ouvrir le salon de thé, vite rejointe au comptoir par Alice qui commençait à se plaindre de sa nièce Esméralda. Les conflits portaient sur ces riens qui empoisonnent la vie quotidienne.


    NB : Ceci est une fiction

    « Les canards - The ducksPremière neige - First snow »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    15
    margareth Profil de margareth
    Mardi 31 Janvier 2012 à 08:37

    bauds :

    Un peu, peut-être...

    14
    Lundi 30 Janvier 2012 à 23:25

    Ah, Préfailles! La plage, le port, les vagues, des souvenirs d'enfance.

    13
    margareth Profil de margareth
    Lundi 30 Janvier 2012 à 09:00

    jreinedubois :

    Problème d'ordinateur ou de fournisseur ?  Par ma fenêtre je vois que les premiers flocons de neige tombent (les premiers pour cet hiver !).

    fanfan2 :

    J'ai écrit ce passage en repensant à une anecdote. Il y a quelques années j'avais assisté à une réunion au cours de laquelle nous avions évoqué un commerce de notre village qui avait fermé 25 ans plus tôt. J'avais été frappée par le fait que presque tout le monde l'avait déjà oublié. Certains ne se souvenaient même plus de son emplacement.

    lanourse 1 :

    La limonade à base d'eau ferrugineuse de Préfailles a vraiment été essayée par ce monsieur Bourasseau de Saumur ! Mais apparemment il n'a pas fait fortune avec sa recette.

    Puis c'est Monsieur BOURRASSEAU, négociant à Saumur, qui fait un essai de limonade à base d'eau de source, mais son entreprise n'est pas rentable. Le hangar qui l'abritait est devenu la villa "Cyrnos". (retz-info-histoire)

    rené1 :

    Par moment j'ai beaucoup de mal à ouvrir les blogs. Je ne sais pas d'où cela vient...

    12
    Lundi 30 Janvier 2012 à 02:07
    rené1

    Bonjour  tu es la seule a avoir eu ce problème, personne d'autre ne ma rien dit ??

    je te souhaite un très bon lundi amitiés bises René

    11
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 23:26

    Ah , tu n'oublies  pas  Préfailles  , même  l'eau a  droit  de  cité  dans  cette  histoire  , de  la  limonade  à l'eau ferrugineuse  !!! Cette  histoire  est  bien partie ! à bientôt  margreth !

    10
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 21:36

    la charcutière n'a pas été d'un grand secours  !

    Il nous faudra attendre encore pour connaître le secret de ce laque.

    Bon début de semaine

    9
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 18:32

    Enfin je peux revenir sur ton blog après quelques semaines sans connection , et je retrouve cette ambiance que j'aime: des dialogues plus vrai que nature.


    reinedubois

    8
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 15:28

    Très beau texte! Bon dimanche

    7
    titi.
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 13:04

    Bon dimanche !

    6
    margareth Profil de margareth
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 09:57

    titi :

    Primavera :

    Superbe photo. Tu as de la chance de vivre dans un tel environnement.

    Sylvie Anjou :

    De la grêle ? Ici nous n'avons eu qu'une toute petite averse de pluie fine.

    Algeroma :

    Par la suite tu te rendras peut-être compte qu'il y avait quelques petites indications.

    Petite Jeanne :

    En passant sur les blogs les uns des autres nous apprenons tous quelque chose. C'est le côté enrichissant d'internet.

    5
    Dimanche 29 Janvier 2012 à 00:07

    J'ai fais un petit tour dans le dictionnnaire pour voir ce qu'était un laque!...

    Bon dimanche à tous. 

    4
    Samedi 28 Janvier 2012 à 20:27

    j'ai essayé de trouver quelques indices dans les propos de l'ancienne charcutière...mais en vain! Rien de perce au sujets des soeurs....Ah si...Préfailles!!!!!! Je vais donc attendre sagement la suite.....

    3
    Samedi 28 Janvier 2012 à 18:21

    Je passe te souhaiter une bonne soirée et un bon dimanche pour demain.

    Nous avons eu pas mal de grele ici cet ap-midi.

    bises.

    2
    Samedi 28 Janvier 2012 à 17:37

    28.01.2012

    Bonjour Margareth,

    Quel talent et imagination tu as !

    Je te souaite une bonne fin de journée et un beau dimanche.

    Bisous

    Prima

    1
    titi.
    Samedi 28 Janvier 2012 à 16:26

    On a du mal à se mettre dans la tête que c'est une fiction chapeau pour l'imagination !

    Bonne soirée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :